Sécuriser le cycle de hausse des taux d'intérêt

Sécuriser le cycle de hausse des taux d’intérêt

Où va l’inflation ?

L’inflation américaine a atteint 8,5 % en mars et est maintenant à un sommet de 40 ans. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement liés au COVID-19 combinés à la guerre entre la Russie et l’Ukraine ont fait grimper les prix de l’énergie de 32 %, selon le dernier rapport. Et les prix alimentaires suivent, augmentant de 8,8 %, le plus grand bond depuis 1981. Partout, les consommateurs ressentent la pression et de nombreux analystes prévoir une récession aux États-Unis.

Pour cause, la Fed est inquiète.

Bouton S'abonner

Pour freiner l’inflation, la Fed a lancé le cycle de hausse lors de la réunion du FOMC en mars dernier, augmentant le taux des fonds fédéraux de 25 points de base (bps). Et il vient de livrer ce que le marché attendait lors de la dernière séance du 5 mai : une hausse des taux de 50 points de base. Cette hausse est plus agressive que la première hausse et montre à quel point la banque centrale est préoccupée par l’évolution des perspectives d’inflation.

Mais qu’est-ce qui vient ensuite? Le marché spécule sauvagement. Les questions abondent sur l’intensité de nouvelles hausses de taux et sur la capacité de l’économie à supporter une demi-douzaine de hausses cette année sans sombrer dans la récession. D’autre part, les inquiétudes concernant l’inflation galopante soulignent le danger d’être pris derrière la courbe. Pour les faucons de l’inflation, rattraper son retard grâce à des hausses de taux agressives est un must absolu.


Inflation de l’IPC et création d’emplois

Source : Bureau des statistiques du travail des États-Unis

La décision de la Fed affectera significativement les perspectives des entreprises et des investisseurs. Alors, comment pouvons-nous assurer cette incertitude?

Au milieu d’une inflation galopante et d’une hausse des taux d’intérêt, la gestion des risques financiers est essentielle. Nous devons nous protéger des fluctuations des taux d’intérêt, des hausses attendues et imprévues. Mais comment? Et compte tenu de la rapidité avec laquelle les taux à court terme ont augmenté, n’est-il pas trop tard pour couvrir notre dette flottante ? Comment prioriser les objectifs de gestion des risques financiers ?

Ne soyez pas obsédé par les tendances du marché

Interpréter le ton de la Fed concernant une éventuelle hausse des taux ne devrait pas être l’objectif principal. Au lieu de cela, nous devons regarder plus près de chez nous – le profil de risque de notre entreprise. Plus l’effet de levier sur le bilan est élevé, plus il absorbera les hausses de taux et les chocs. Cependant, une bonne gestion des risques fournit des mesures à la fois proactives et réactives pour se prémunir contre ces risques de marché.

Depuis janvier 2012, la Fed publie chaque trimestre ses attentes en matière de taux d’intérêt. Le soi-disant Dot Plot montre les attentes de la Fed concernant le taux d’intérêt à court terme qu’elle contrôle pour les trois prochaines années et plus. Les points montrent le vote anonyme de chaque membre de la Fed sur le mouvement de taux attendu.

Bien que ceux-ci ne fassent que guider les actions de la Fed, certaines entreprises s’y fient à tort pour éclairer leurs décisions de gestion des risques et de couverture. Cependant, des vagues de crises et des événements inattendus déjouent souvent les complots, et ils se sont souvent révélés faux : en mars 2021, par exemple, la plupart des membres de la Fed s’attendaient à zéro hausse de taux en 2022 et 2023!

Juste un an plus tard, le Dot Plot de mars 2022 a montré un un changement massif des attentes de la Fed: d’une prévision de mars 2021 de hausses de taux nulles en 2022 à une prévision de six hausses de taux en 2022 en mars 2022. Et depuis lors, le ton de la Fed n’a été que belliciste. Nous ne devrions pas nous focaliser sur ce que la Fed dit qu’elle fera ; très probablement qu’il ne le fera pas.

Vignettes du numéro actuel du Financial Analysts Journal

Comprendre votre endettement et votre sensibilité aux fluctuations des taux d’intérêt

Toutes les entreprises doivent planifier avec soin leurs besoins d’endettement actuels et futurs. Avec un plan d’endettement clair, la gestion des risques financiers est plus facile.

Mais qu’il s’agisse de financer une acquisition, de refinancer un emprunt ou d’accompagner des investissements ambitieux, la stratégie de couverture requiert la plus grande attention. Après tout, si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est que l’avenir est radicalement incertain.

Dans le cadre du processus d’évaluation et de faisabilité de la couverture, l’entreprise doit établir des attentes raisonnables concernant la durée, le calendrier d’amortissement et l’indice à taux variable et évaluer les outils disponibles pour mettre en œuvre la stratégie de couverture prévue.

Allez à l’ancienne avec des produits de couverture !

La sélection d’un instrument de couverture nécessite un examen minutieux et une réflexion approfondie afin de réduire et d’atténuer le risque de marché découlant de l’exposition aux taux d’intérêt. Nous pouvons réduire le risque en créant une position de compensation pour compenser la volatilité indiquée dans la juste valeur et les flux de trésorerie de l’élément couvert. Cela peut signifier renoncer à certains bénéfices pour atténuer ce risque.

Il est toujours conseillé de s’en tenir à des outils vanille pour sécuriser notre dette. Il s’agit notamment des swaps de taux d’intérêt et des plafonds de taux d’intérêt. La dette future peut également être garantie par une assurance équitable de la dette attendue. Un swap de taux d’intérêt à terme (réservant simplement un taux de swap fixe dans le futur), un plafond de taux d’intérêt et d’autres instruments de couverture simples peuvent y parvenir.

Plus un instrument de couverture devient complexe, plus il présente de défis en termes de transparence des prix, de considérations d’évaluation, de validité de la comptabilité de couverture et d’efficacité globale. Nous devrions donc le rendre aussi simple que possible.

Tuile d'étude de confiance

Il est impossible de chronométrer le marché

La synchronisation du marché est un jeu de dupes, tandis que la synchronisation du marché sera votre plus grand avantage naturel.“- Nick Murray

L’énoncé précédent s’applique à la gestion des risques. Les entreprises doivent éviter de rechercher le meilleur point d’entrée des garanties. Au lieu de cela, nous devrions agir en fonction d’objectifs prédéterminés, d’une tolérance au risque, de paramètres de couverture et d’un cadre de gouvernance.

Tenez compte de l’environnement actuel des taux d’intérêt. Dans les entreprises sensibles aux taux d’intérêt plus élevés, la direction peut penser que les augmentations de taux sont déjà prises en compte ou prises en compte aux niveaux actuels du marché. La direction peut ne pas croire que la courbe de rendement deviendra plus chère à l’avenir et peut penser qu’il n’est pas nécessaire d’acheter des couvertures.

Cependant, il existe des produits de couverture qui offrent plus de flexibilité dans des environnements de taux inférieurs tout en offrant une protection de l’autre côté. La politique de couverture réglemente tous ces facteurs de manière plus détaillée et fournit les orientations nécessaires à la direction pour éviter de se fier à des décisions subjectives et individuelles.

Pourquoi la comptabilité de couverture est-elle importante ?

L’utilisation d’instruments de couverture pour protéger une entreprise contre les mouvements défavorables du marché a des implications comptables importantes.

L’application appropriée des normes de comptabilité de couverture réduit la volatilité des états financiers dans la comptabilité de l’entreprise. La comptabilité de couverture aide à réduire la volatilité des profits et pertes (P&L) créée par les ajustements répétés de la valeur de marché (MTM) à la juste valeur de l’instrument de couverture. Les termes critiques de l’élément couvert (dette) et de l’instrument de couverture connexe (dérivés financiers) doivent correspondre.

La comptabilité de couverture suit une norme comptable bien définie qui doit être utilisée pour une désignation réussie. Dans le cas contraire, la juste valeur de l’instrument de couverture affecterait directement le compte de résultat. Certaines institutions privilégient les conséquences comptables sur les avantages économiques et vice versa. La politique de réassurance doit aborder ce qui vient en premier en termes de priorisation.

Tuiles pour les énigmes de l'inflation, de l'argent et de la dette : une application de la théorie budgétaire du niveau des prix

Nourriture à emporter

En des temps incertains comme celui-ci, il existe d’innombrables points de vue sur la direction des mouvements futurs du marché. Les faucons de l’inflation sont toujours bellicistes, tandis que les colombes restent fermement dans leur position baissière.

Les entreprises et les investisseurs bénéficient d’un bon plan de gestion des risques financiers dans les bons comme dans les mauvais moments. Une telle préparation atténue les effets de nos biais cognitifs personnels et assure la durabilité et la résilience dans les conditions de marché les plus difficiles.

Bien que nous ne puissions pas et ne devrions pas tout assurer, une bonne planification favorise une culture de gestion des risques dans toute l’entreprise. En fin de compte, cependant, le conseil d’administration et l’équipe de direction sont responsables de donner le ton.

Nick Murray offre une fois de plus une certaine sagesse :

“Tout succès financier vient d’agir selon un plan. De nombreux échecs financiers proviennent de la réaction au marché.

Si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas de vous abonner Investisseur entreprenant.


Toutes les contributions sont l’opinion de l’auteur. En tant que tels, ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement, et les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles du CFA Institute ou de l’employeur de l’auteur.

Crédit photo : ©Getty Images/Ian Barnes/EyeEm


Formation professionnelle pour les membres du CFA Institute

Les membres du CFA Institute sont autorisés à déterminer et à déclarer de manière indépendante les crédits de formation professionnelle (PL) obtenus, y compris le contenu sur Investisseur entreprenant. Les membres peuvent facilement enregistrer des crédits en utilisant leur traqueur PL en ligne.

Muadh Alhusaini, CFA, FRM, CAIA

Muadh Alhusaini, CFA, FRM, CAIA, est co-fondateur et associé directeur d’Ehata Financial, un cabinet de conseil indépendant spécialisé dans la gestion des risques de marché et la couverture. Avant sa carrière de consultant, Alhusaini a passé près de 10 ans en tant que banquier senior sur les marchés mondiaux et les solutions de financement auprès de banques locales et internationales. Dans son rôle actuel, il a démontré sa capacité à mobiliser des solutions de gestion des risques financiers robustes et innovantes pour les entreprises de premier plan, les entités souveraines, les sociétés de capital-investissement et les sociétés cotées en bourse sur le marché saoudien. Alhusaini a de l’expérience dans la conception et la prestation de programmes de développement, de séminaires et de chroniques publiées axées sur la gestion des risques financiers, les tendances en matière d’investissement et de gouvernance. Il est membre de nombreux conseils et comités d’institutions de premier plan en Arabie saoudite. Il est titulaire de la charte CFA et détient la certification Financial Risk Manager (FRM) et est un Certified Alternative Investment Analyst (CAIA).

Leave a Comment

Your email address will not be published.